La dégauchisseuse
  par Céline Dubord

 

Lorsque le travail du bois devient plus qu'un loisir, il est préférable d'avoir en sa possession des appareils permettant le blanchissage du bois afin de minimiser les coûts de production. L'ébéniste achète généralement son bois sous forme de grandes planches dont la longueur varie entre deux et dix mètres. Dans ce cas, il faut préparer le bois, le façonner et le scier afin d'obtenir les pièces équerrées pour le travail. Alors, deux nouvelles machines-outils viendront prendre place dans l'atelier. Ce sont la raboteuse et la dégauchisseuse.

L'acquisition d'une dégauchisseuse pourra sembler un luxe à certaines personnes mais c'est une machine d'une grande utilité. Il est toujours nécessaire, pour marquer des assemblages, de partir d'une surface parfaitement plane et perpendiculaire aux faces adjacentes. Il est possible d'obtenir le même résultat à l'aide d'un rabot à main mais, au prix d'un travail plus long et plus difficile. C'est ce qui se produisait avant l'apparition des premières machines à travailler le bois.

Aujourd'hui, le progrès technologique permet de bâtir un meuble avec plus de précision et de rapidité. Néanmoins, si vous n'êtes pas prêt à investir dans ces appareils ou que vous n'avez pas la place pour ceux-ci, vous pouvez trouver dans les magasins à grande surface de plus en plus de planches préparées, ce qui facilite énormément votre tâche.

La dégauchisseuse sert au dressage de la face de référence, des planches brutes de sciages, lesquelles sont sujettes à la torsion et au voilage lors du séchage. Elle est conçue pour aplanir et lisser le bois à l'aide d'un arbre porte-fer encadré de deux longues tables de support. La superficie de travail dépasse rarement 30 cm puisque au-delà de 25 cm, les planches de bois sont sujettes à la déformation. Elle est composée d'une base, de deux plateaux de fonte, d'un porte-outil cylindrique, de lame et d'un moteur. Elle attaque le bois par le biais d'un arbre de coupe rotatif porteur de deux ou trois fers. Le réglage de la profondeur de coupe s'effectue en abaissant ou en levant la table d'entrée.

Pour obtenir des découpes parfaites, voyez à ce que la table de sortie affleure exactement au même plan que les fers de l'arbre de coupe. Si la table de la sortie est fixe, vous devez aligner les tranchants des fers sur celle-ci, avant de débuter le travail. Pour ces ajustements, consulter les manuels d'instruction du fabricant.

La profondeur de coupe se règle en abaissant ou en relevant la table d'entrée. Favorisez plusieurs passes successives de 1 ou 2 mm, vous aurez beaucoup plus de précision et le fini des surfaces sera meilleur. Comme la dégauchisseuse est plus employée pour les découpes à angle droit, munissez-vous d'une équerre métallique pour vérifier l'équerrage et rectifiez s'il y a lieu en ayant soin de prendre la table d'entrée comme surface de référence.

Efforcez-vous de travailler avec un mouvement lent et régulier. Travaillez toujours dans le sens du fil. Si votre bois éclate durant le processus, cela signifie qu'il vous faut changer de direction. Procédez par passes successives, jusqu'à l'obtention d'une découpe continue sur toute la longueur du chant.

Utilisez toujours un bloc poussoir à poignée pour effectuer ce travail. Cet accessoire peut être un simple morceau de contre-plaqué doté d'une poignée et doublé, sur la face travaillante d'un papier à poncer. Ceci assure une accroche suffisante sur le bois pour vous permettre de guider la découpe en plaçant le bloc à plat sur la planche. Ne tentez jamais de guider l'arrière de la planche à l'aide de vos seuls doigts. Vos mains doivent toujours être éloignées des fers de la machine.

La dégauchisseuse est une machine simple d'usage, qui est relativement sûre si elle est équipée des protections appropriées. Elle devient, en revanche, très dangereuse lorsqu'elle est employée sans le protecteur principal. De plus, il est vital d'éviter les cheveux défaits et le port de vêtements amples lorsque l'on utilise la dégauchisseuse.

Ne travaillez jamais sans les capots de protection. Ces accessoires ne remplaceront jamais prudence ou bon sens, mais ils peuvent vous épargner bien des déboires. Une des grandes lois fondamentales du travail du bois est que personne n'est jamais à l'abri d'un accident.